Top of main content

Flash d'information financière – Novembre 2022

22/11/2022
risques
Obligataire
Transmission
Family office

Alors que pendant une dizaine d’années les politiques monétaires des banques centrales ont mené les rendements obligataires vers zéro et poussé les investisseurs vers des actifs plus rémunérateurs, la conjonction d’évènements macro- économique que nous connaissons semble de plus en plus favorable aux marché de taux.

Le ratio rendement/risque désormais favorable au marché obligataire

Depuis le début de l’année, les actions et les obligations ont enregistré de fortes baisses en raison des craintes de stagflation et de la remontée rapide des taux administrés.

Comme les marchés actions et obligataires ont chuté à l’unisson, les investisseurs n’avaient plus que deux options au premier semestre : se réfugier dans des liquidités sans rendement ou alors comme nous le suggérions augmenter la part de gestion alternative qui a prouvé sa résilience dans ces marchés difficiles.
 

Source: Bloomberg, HSBC Global Private Banking as at 16 October 2022. Past performance is not reliable indicator of future performance

Les conséquences de la baisse de tous les actifs et des hausses de taux des banques centrales se sont traduites par une hausse des liquidités dans les portefeuilles, une forte montée des taux obligataires et d’une hausse importante du ratio bénéfice par action.

Si le rendement des bénéfices a considérablement augmenté, il ressort clairement du graphique que celui-ci est bien moindre en proportion que la hausse des liquidités et des taux.

Les analystes anticipent de plus en plus un ralentissement économique aux Etats- Unis et une récession dans certains pays européens, cela rend les marchés actions plus vulnérables dans le futur. Depuis la mi-année, nous avons déjà observé un certain nombre de révisions à la baisse des bénéfices, nous attendons à en voir davantage au cours des prochains mois.
 


Dans cette situation, nous pensons que l’obligataire est désormais plus attractif que le marché actions. Les rendements monétaires ont également gagné en attractivité : HSBC Economics prévoit maintenant un pic de la cible de taux Fed Funds à 4.75-5% en février 2023. Nos prévisions sur la BCE restent inchangées : nous voyons le taux de dépôt à 3% à la fin 2023.

Après une longue période de baisse des taux et de désintérêt pour la classe d’actifs obligataire, l’année prochaine pourrait être un tournant pour les investisseurs. Les valorisations actuelles des obligations ont retrouvé des niveaux historiques ; selon nos analystes le risque d’une nouvelle correction sur les taux est désormais faible. Le ralentissement économique global, anticipé à la fois par les institutions gouvernementales et les économistes, sera un soutien naturel au marché de taux. Historiquement, une baisse de la croissance économique implique souvent que les marchés actions et de taux deviennent négativement corrélés. Une plus grande diversification vers la classe obligataire nous permettra de de reconstituer des portefeuilles plus équilibrés

 

Manhattan Skyline

11 recommandations du Sénat pour soutenir la transmission d’entreprise

La Délégation aux Entreprises (DAE) du Palais du Luxembourg a rendu le 6 octobre son rapport de suivi sur la transmission d’entreprise. Ce document de travail dresse le bilan des évolutions observées dans un premier rapport rendu en 2017. Celui-ci avait permis de faire adopter plusieurs mesures sur la transmission d’entreprise.


Cette délégation, créée en 2014 est en charge d’informer et d’alerter le Sénat sur la situation et les perspectives des entreprises. Elle doit, entre autre, proposer des mesures permettant d’accompagner la transformation du tissu économique et de favoriser le développement des TPE, PME et ETI.

Glass Building

Un premier constat : l’État ne suit pas l’évolution des entreprises en France. Les seuls chiffres fiables sont fournis par BPCE l’Observatoire. Et les chiffres ne sont pas bons.

Le bilan du rapport 2022 est plutôt alarmant même quant à l’état des lieux de la transmission d’entreprise. Pour les sénateurs, il y a urgence : une pyramide des âges inquiétante avec plus de 25% des dirigeants ayant plus de 60 ans, des cessions d’entreprises qui ont chuté de 16% entre 2010 et 2019 et qui continuent à décroitre avec la crise COVID. Selon les parlementaires, ce sont près de 700 000 entreprises qui seront à transmettre dans les dix prochaines années. Sans mesures ad hoc pour accompagner les transmissions, un grand nombre de ces sociétés disparaitront tout simplement. Et certains des fleurons de notre économie subiront la prédation d’investisseurs étrangers « dans une pure logique de captation de brevets et de savoir-faire, sans considération de la pérennité de l’entreprise elle-même ou de l’emploi » selon Serge Babry, Président de la Délégation aux entreprises. Et, nous rappellent les sénateurs, ne pas avoir de PME fortes, c’est rester avec une carence importante sur le nombre d’ETI en France (12 500 en Allemagne, 10 000 au Royaume-Uni et seulement 5 400 en France). Ces entreprises jouent un rôle majeur dans la balance commerciale, l’innovation et l’emploi dans les régions.


Fort de ces éléments, le rapport de la DAE établie une liste de 11 recommandations visant à sécuriser et simplifier les règles en vigueur. Les quatre premières mesures revêtent une importance cruciale.

Proposition n°1 : sanctuariser le « Pacte Dutreil », outil fiscal de premier ordre s’agissant de la transmission familiale. Et surtout, mieux informer les chef(fe)s d’entreprise qui ne le connaissent pas (82% des chefs d’entreprises interrogés déclarent ne pas connaître ce dispositif – sondage Opinion Way de septembre sur un panel de 630 dirigeants).

Proposition n°2 : Clarifier la notion de holding animatrice dans le cadre du Pacte Dutreil. Et ce serait un moindre mal. Comment engager une transmission sur une période de 6 années alors que la jurisprudence ou la position de l’administration peuvent évoluer radicalement en très peu de temps.

Proposition n°3 : Permettre au contribuable de sécuriser la notion de holding animatrice par l’usage du rescrit. L’administration validant ex ante le caractère animateur de la holding et son éligibilité, la transmission via un pacte Dutreil serait sécurisée, quelques soient les revirements de jurisprudence ou de changement de doctrine administrative qui interviendraient ultérieurement.

Proposition n°4 : l’abrogation de l’obligation d’information préalable à la cession des salariés (Loi Hamon). Cette mesure décriée nuirait à l’indispensable besoin de confidentialité d’une opération de cession.

Proposition n°5 : sécuriser les dispositifs de financement de la transmission par BPIfrance.

(…)

Proposition n°8 : faciliter la reprise par les salariés en pérennisant notamment le crédit d’impôt en faveur des sociétés rachetées par des salariés et en relevant les abattements fiscaux de 300 000 € à 800 000 € en cas de reprises par des salariés.

Proposition n°9 : Encourager l’anticipation des dirigeants en offrant un « chèque conseil pour la transmission » entre 55 et 65 ans.
 

Proposition n°10 : Faciliter la transmission à un fonds de pérennité en accordant un sursis d’imposition pour les transferts de titres par des personnes morales.

Proposition n°11 : Simplifier les démarches des cédants et repreneurs en structurant la coordination, au niveau national et régional, entre les différents acteurs publics et privés de la transmission d’entreprise.

La Délégation aux Entreprises du Sénat tire la sonnette d’alarme concernant la situation de la transmission des entreprises en France. Le législateur doit impérativement s’emparer de ces propositions cruciales pour les faire adopter au travers d’une prochaine proposition de loi.
 

Businessman walking in stairs

Un marché favorable aux obligations

Les inquiétudes liées à la stagflation et à la forte hausse des taux d’intérêt continuent d’animer les marchés.

Si les performances des marchés actions de ces dernières semaines laissent penser à un regain de confiance des investisseurs, il serait imprudent d’exclure un « faux rebond » similaire à celui que nous avons connu cet été. Il devient ainsi difficile de trouver un réel point d’entrée, ce qui explique le maintien de notre sous-pondération sur la classe d’actif.

Sur le long terme, les tensions autour des chaînes d’approvisionnement et les incertitudes géopolitiques persistent. Aussi, les hausses de taux et les niveaux records d’inflation devraient maintenir de la volatilité sur les marchés.

De ce fait, malgré quelques réticences sur la classe d’actifs, nous privilégions les actions de qualité générant des flux de trésorerie fréquents et affichant un faible niveau d’endettement, ainsi que le marché américain dans des secteurs clés tel que l’énergie et l’alimentation où un fort « pricing power* » est toujours entre les mains des entreprises.
 

City river side

Quant à elles, et ce depuis le début de l’année, les obligations n’ont cessé d’évoluer dans le même sens que celui des actions, mais l’opportunité est toutefois réelle sur le marché des taux.

Les anticipations sur les évolutions des hausses de taux ont été revues à la hausse et un ralentissement de l’économie mondiale est à redouter. Dans cet environnement, le marché actions est plus vulnérable, tandis que les obligations les mieux notées devraient en profiter. Les écarts de rendements entre l’emprunt d’Etat américain et le marché action rendent la classe d’actifs plus attrayante, d’autant plus que nous anticipons un prochain pic des taux dans les pays développés.

Nous sommes convaincus de l’intérêt des obligations Investment Grade au niveau global, cependant nous augmentons notre exposition sur le segment le plus défensif de la classe d’actif, à savoir les emprunts d’Etat des pays développés.


De la même façon, nous restons positifs concernant les Hedge Funds. Leurs performances depuis le début de l’année ont démontré leur capacité de décorrélation aux marchés et offrent ainsi un potentiel de diversification au sein des portefeuilles. La palette de solutions d’investissement étant plus large, la volatilité sur les marchés profite indéniablement aux stratégies optionnelles et « Relative Value ».

Nos conseillers en investissement sont à votre disposition pour répondre à vos éventuelles questions concernant ce type de stratégie.

Côté devises, l’USD reste une valeur refuge pour les mêmes raisons historiques. Bien que le risque d’un ralentissement de l’économie américaine soit plus modéré que dans d’autres pays tels que l’UE ou le Royaume-Uni, un tel scénario stimule généralement la demande en dollar, et ce dernier va selon nous continuer à surperformer ses pairs.

* pouvoir de fixation des prix
 

Rencontres d’experts - Family Office

Mercredi 7 décembre 2022

8h45-10h30

HSBC Private Banking France, 38, avenue Kleber, Paris 75116
 

Shanghai Buildings

Nos solutions d’investissement privilégiées

Nous organisons, le mercredi 7 décembre prochain, un évènement dédié à nos partenaires et Family Offices. Autour d’un petit déjeuner, nous présenterons l’actualité des solutions d’investissements de HSBC Private Banking

Dans un environnement marqué par la persistance de l’inflation, la remontée des taux d’intérêts, et une volatilité élevée des actifs à risque, nous vous présenterons nos solutions privilégiées dans le contexte actuel de marché et les recommandations de notre CIO avec les objectifs suivants :

- La décorrélation et la recherche de performance absolue avec la gestion discrétionnaire Alternative

- L’optimisation des liquidités cash et de trésorerie notamment pour les holdings familiales

- La capture de rendements attractifs avec les mandats de gestion conseillée obligataire

Comment ces solutions s’intègrent dans notre nouvelle plateforme luxembourgeoise ?

Cette rencontre entre experts sera également l’occasion d’échanger sur vos attentes afin de toujours mieux y répondre. Ce petit-déjeuner conférence sera présidé par Jean-Michel Starck et animé par Aurélien Drain avec l’intervention des experts en investissements, Diane Alexane, Nicolas Budry et Michael Fitoussi. Si vous le souhaitez, nous serons heureux de vous donner plus de détails sur cet évènement.


Intervenants

Indicateurs


Vues au 31 octobre 2022. Les données sont présentées à titre d’illustration seulement et peuvent être soumises à des modifications.

Source : Bloomberg
 

Golden Gate Bridge

 

 

Note à l’attention du lecteur du présent document.
 

Ce document est publié par HSBC Private Banking France, établissement en France de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A., à titre d’information uniquement et ne revêt aucun caractère contractuel. Les informations contenues dans ce document ne constituent ni un conseil en investissement, ni une offre d’achat ou de vente d’un produit ou d’un service financier et ne doivent pas être interprétées comme tels. En outre, ces informations sont uniquement destinées aux ressortissants de pays où leur utilisation n’est pas contraire aux lois ou réglementations locales en vigueur. Il relève de la responsabilité de chaque investisseur de se conformer aux lois ou réglementations locales qui lui sont applicables. Si vous avez des questions concernant les informations figurant dans le présent document, nous vous invitons à contacter votre interlocuteur privilégié ou, le cas échéant, à prendre avis auprès de vos conseils habituels.
 

La teneur du présent document repose sur des informations obtenues auprès de sources considérées comme fiables mais non contrôlées de manière indépendante. Bien que ces informations aient été préparées de bonne foi, aucune déclaration ni garantie, expresse ou tacite concernant leur exactitude ou leur exhaustivité, n’est ou ne sera faite et aucune responsabilité n’est ou ne sera acceptée par HSBC Private Banking France ou le Groupe HSBC ou par aucun de leurs dirigeants, employés ou salariés respectifs. Les informations sont communiquées, les opinions sont formulées et les estimations sont faites sur la base de nos connaissances au moment de la publication du présent document et peuvent faire l’objet de modifications sans préavis, sous réserve de dispositions légales ou réglementaires contraires.
 

Avant d’investir dans un Organisme de Placement Collectif (OPC) de droit français ou étranger ou dans un support en unité de compte adossé à un OPC de droit français ou étranger pour les contrats d’assurance-vie et/ou de capitalisation, vous devez prendre connaissance impérativement et attentivement de la version française du Document d’Information Clé pour l’Investisseur (DICI) et de son prospectus, documents réglementaires disponibles sur demande ou sur ainsi que pour les contrats d’assurance-vie et / ou de capitalisation de la Notice d’Information / des conditions générales et des conditions additionnelles applicables aux clients de la succursale française de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. 
 

Avant toute décision d’investissement, il vous appartient de vous assurer, avec l’aide de vos conseils habituels, que le ou les supports considérés correspondent à votre expérience, à vos connaissances, à votre situation financière, à vos objectifs d’investissement, à votre sensibilité au risque, ainsi qu’à la réglementation dont vous relevez (et notamment la législation locale à laquelle vous seriez éventuellement assujetti). 
 

Les performances passées ne préjugent en rien des résultats futurs, et doivent être analysées avec prudence. Les investissements, soumis aux fluctuations de marché, peuvent varier tant à la baisse qu’à la hausse, et présentent un risque de perte en capital. 
 

Nous vous rappelons que selon la réglementation en vigueur, les personnes physiques, associations et sociétés n’ayant pas la forme commerciale, domiciliées ou établies fiscalement en France, sont tenues de déclarer, lors de leur déclaration de revenus ou de résultats, les comptes ouverts, détenus, utilisés ou clos à l'étranger ainsi que les revenus afférents. En outre, concernant les personnes physiques, dès la perception de revenus mobiliers par l’intermédiaire de ces comptes, ces dernières doivent s’acquitter des prélèvements sociaux et, le cas échéant, d’un acompte d’impôt sur le revenu. Enfin, sous certaines conditions, la fraction de la valeur représentative d’actifs immobiliers de parts ou actions de sociétés ou organismes détenus sur ces comptes doit être déclarée à l’impôt sur la fortune immobilière si les titulaires concernés en sont redevables.
 

Par ailleurs, selon la réglementation en vigueur, les personnes physiques domiciliées fiscalement en France, sont tenues de déclarer, lors de leur déclaration de revenus, certaines informations relatives aux contrats de capitalisation et placements de même nature, et notamment aux contrats d’assurance-vie, souscrits auprès d’organismes établis hors de France et, le cas échéant, les produits générés sur ces contrats lors d'un rachat total ou partiel. En outre, ces dernières doivent s’acquitter, des prélèvements sociaux exigibles au titre de leur contrat. Enfin, la valeur de rachat des contrats d’assurance rachetables et des bons ou contrats de capitalisation à hauteur de la fraction de leur valeur représentative des unités de compte composées d’actifs immobiliers imposables doit être déclarée à l’impôt sur la fortune immobilière si les titulaires concernés en sont redevables. 
 

En cas de non-respect de ces obligations, les personnes concernées s’exposent à des rappels d'impôts et à l'application de sanctions. Pour plus de précisions concernant les obligations déclaratives et fiscales vous incombant, nous vous recommandons de vous rapprocher d’un conseil indépendant.
 

Conformément aux dispositions du Règlement Général sur la Protection des Données Personnelles (UE) 2016/679 du 27 avril 2016 toutes les données à caractère personnel sont collectées, traitées et conservées conformément à la Charte de Protection des Données Personnelles accessible sur le site :
 

http://www.hsbc.lu/
 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'une des informations de cette Charte de Protection des Données Personnelles, veuillez adresser vos questions, commentaires et demandes à votre interlocuteur habituel ou à http://www.hsbc.lu/ ou à notre Délégué à la Protection des Données qui peut être contacté à l'adresse suivante :
 

HSBC Continental Europe - Délégué à la protection des données

38 avenue Kléber, 75116 PARIS, France 

ou dataprotection@hsbc.fr
 

Il est par ailleurs rappelé que, conformément à la réglementation applicable, tout consommateur dispose de la possibilité de s’inscrire gratuitement sur la liste d’opposition à démarchage téléphonique : www.bloctel.gouv.fr. Il est interdit à un professionnel de démarcher téléphoniquement un consommateur inscrit sur cette liste, sauf en cas de relations contractuelles.
 

L’activité de banque privée peut être exercée dans le monde entier par différentes entités juridiques du Groupe HSBC conformément aux exigences réglementaires locales. Les produits et les services décrits dans ce document peuvent être proposés par différentes sociétés du Groupe HSBC. Certains produits ou services ne sont cependant pas disponibles dans certaines zones géographiques. Par ailleurs, certaines agences HSBC interviennent en tant que points d’entrée de HSBC Private Banking France mais ne sont pas autorisées à présenter ou vendre des produits et des services, ou encore à offrir des conseils à la clientèle privée. De plus amples informations sont disponibles sur demande. Une liste complète des entités de banque privée est disponible sur notre site Internet, www.hsbcprivatebankfrance.com
 

© Copyright.HSBC Private Banking France. TOUS DROITS RESERVES.
 

Aucune partie de ce document ne peut être reproduite, stockée dans un système de récupération de données ou transmise à quelque fin ou par quelque moyen que ce soit (électronique, mécanique, photocopie, enregistrement ou autre) sans la permission expresse et écrite de HSBC Private Banking France, 38 avenue Kléber – 75116 Paris – France.

HSBC Private Banking France

Etablissement en France de

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A.

Adresse de l’établissement : 

38 avenue Kléber – 75116 Paris (France)

Tél +33 (0) 1 49 52 20 00

SIREN 911 971 083 RCS Paris

TVA intracommunautaire : FR34911971083

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A.

Société anonyme de droit luxembourgeois

Capital social : 240.000.000 euros

Numéro d’immatriculation RCS Luxembourg : B52461

Siège social : 18 Boulevard de Kockelscheuer - L-1821 Luxembourg

Banque et intermédiaire en assurances immatriculé auprès de l’Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurances sous le numéro 2011CM008 (www.orias.fr

Site internet : www.hsbcprivatebankfrance.com  

HSBC Private Banking France est la succursale de HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. en France.

HSBC Private Bank (Luxembourg) S.A. est agréée en tant qu'établissement de crédit et soumise au contrôle prudentiel de la Commission de Surveillance du Secteur Financier au Luxembourg (CSSF) et est autorisée à exercer ses activités en France à la fois sur la base de la libre prestation de services et par l'intermédiaire de sa succursale.

HSBC Private Banking France est située au 38 avenue Kléber, 75116 Paris, France. 

En plus d'être principalement supervisée par la CSSF au Luxembourg, HSBC Private Banking France est également soumise à la surveillance de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) :

L'adresse de contact de l'ACPR est la suivante : 

    Autorité de Contrôle prudentiel et de résolution

    4, place de Budapest

    CS 92459

    75436, Paris Cedex 09

    France

 

L'adresse de contact de l'AMF est la suivante : 

    Autorité des marchés financiers

    17, place de la Bourse

    75082, Paris Cedex 02

    France

This insight is only available when you're logged on.  

 

It is restricted to HSBC customers with the appropriate account details or transaction history.

Unfortunately, this content isn't available based on your account details. 

 

However there's still a wealth of information here for you.